Le Plan Climat Air Energie Territorial de Vienne & Gartempe…

La stratégie du PCAET a été définie sur la base du diagnostic et de plusieurs temps de co-construction avec les élus et les acteurs locaux. Le territoire se fixe des objectifs de baisse de consommations d’énergie, de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques et des objectifs de développement des énergies renouvelables pour les horizons 2030 et 2050.
L’objectif est de réduire la consommation énergétique finale de 37 % en 2050 en visant un objectif intermédiaire de 22 % en 2030.
Le second objectif est de porter la part des énergies renouvelables à 38 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 55 % de la consommation finale brute d’énergie en 2030 (en 2016, la part était de 35 %).

Afin de répondre aux enjeux du territoire aujourd’hui et demain, celle-ci s’articule autour de 4 grandes orientations stratégiques :
1. Vivre et travailler dans des bâtiments sains et économes
Le territoire, déjà très engagé dans la rénovation du parc bâti, affirme ici la volonté de poursuivre la politique de maîtrise de l’énergie et d’amélioration de la qualité de l’air des bâtiments.
2. Utiliser nos ressources renouvelables pour produire et consommer localement notre énergie
Pour aller au-delà de l’autonomie énergétique, le territoire souhaite renforcer le développement cohérent de projets d’ENR couvrant les besoins thermiques du territoire et réduisant sa dépendance aux énergies fossiles
3. Se déplacer plus sobrement sur notre territoire
Bien que les modes alternatifs à la voiture se multiplient ces dernières années, ils ne sont pas toujours adaptés au territoire. La Communauté de communes veut aller plus loin en optimisant les déplacements et faciliter la vie de ses habitants.
4. Gérer durablement les ressources naturelles sur notre territoire
Convaincu que la transition écologique est une opportunité pour un développement local, le territoire mise sur la relocalisation de l’offre alimentaire, la synergie entre les acteurs économiques et la préservation de ses espaces naturels, tout en valorisant les démarches d’économie circulaire.

Chacune de ces orientations stratégiques a été déclinée en objectifs et en fiches actions, 40 au total. La Communauté de communes de Vienne & Gartempe porte 21 actions. Les 19 autres actions sont portées par de multiples acteurs : le Syndicat des Energies de la Vienne, la Chambre d’Agriculture, le Centre Régional de Propriété Forestière, SoliHa, SIMER, Mobi’Vienne. Cette dimension multi-partenariale rend robuste le PCAET et justifie la dimension territoriale de celui-ci. Les actions du plan climat visent par ailleurs un large panel des acteurs du territoire.

La consultation publique a eu lieu du 25 janvier au 2 mars 2021.

Eolien

La CCVG exerce la compétence « Elaboration du zonage de développement de l’éolien (ZDE) ».
Elle est régulièrement sollicitée par la D.D.T. pour donner des avis sur des projets de parcs éoliens, dans un contexte de forte pression exercée par les développeurs de projets éoliens sur notre territoire.
Afin de se prononcer de manière cohérente, la commission « Environnement / Transition énergétique » a élaboré des critères.
A l’issue des travaux de la commission, les critères suivants ont été proposés au Conseil Communautaire qui les a adoptés lors de sa réunion du 28 septembre 2017 :
Un avis favorable sera donné systématiquement si :
– le Conseil Municipal a donné un avis favorable au projet par délibération (à l’opposé, tout projet qui n’a pas reçu un avis favorable du conseil municipal, recevra automatiquement un avis défavorable) et les communes impactées sont également majoritairement favorables
– le projet se situe en ex-ZDE, c’est à dire que soient bien pris en compte l’habitat, les zones touristiques, les vallées, le bocage, le bâti patrimonial.

Sinon, une analyse au cas par cas sera faite :
– pour un nouveau projet hors ex-ZDE
– en cas d’extension d’un projet, y compris en ex-ZDE
– quand les communes impactées ne sont pas majoritairement favorables et un débat argumenté sur les propositions pour déterminer l’avis sera conduit.

Photovoltaïque

Plusieurs projets sont portés par la CCVG :
A – Pindray

La CCVG possède des terrains sur la commune de Pindray (lieu-dit « La Loge à Cornuchon ») qui étaient exploités jusqu’en 2006 par le SIMER, dans le cadre du transfert de la compétence de collecte et de traitement des ordures ménagères.

La société Sergies, filiale énergies renouvelables de Sorégies, a proposé de développer un projet de centrale photovoltaïque de 5 MWc sur ce site. Sa construction a été achevée fin 2017.

B – Montmorillon – Saint-Léomer

La CCVG possède 9,5 ha de terrains sur les communes de Montmorillon et Saint-Léomer (lieu-dit « La Loge ») qui étaient utilisés jusqu’en avril 1993 pour le traitement par enfouissement des ordures ménagères et des déchets encombrants en provenance du canton de Montmorillon et du SIVOM de La Trimouille.
La société Sergies, filiale énergies renouvelables de Sorégies, a proposé de développer un projet de centrale photovoltaïque de 3.47 MWc sur ce site. Le permis de construire a été déposé en octobre 2017.

C – Le Vigeant

La CCVG possède 18,6 ha (185 987 m²) de terres agricoles en friche sur la commune du Vigeant, au sud du circuit automobile.
En 2009, le Conseil Communautaire de la CCM avait proposé de valoriser ces terrains en lançant un appel à projets en direction d’investisseurs susceptibles d’y mettre en place une centrale photovoltaïque et de l’exploiter, permettant également de contribuer à la réalisation des objectifs du Grenelle de l’Environnement en matière de développement des énergies renouvelables.
La SODEM avait souhaité mener une opération similaire sur des parcelles adjacentes à celles de la CCVG, totalisant environ 53 482 m², pour augmenter l’attractivité du projet pour les investisseurs potentiels.
Au terme de la procédure et suite aux négociations avec les candidats, le projet de la société VALOREM, qui proposait de réaliser une centrale de 6.8 MWc utilisant des suiveurs (« trackers ») pour optimiser la production, avait été retenu.
Par arrêté en date du 29 avril 2014, le Préfet de la Vienne avait refusé le permis de construire au motif principal que « le projet est de nature à compromettre l’usage agricole du terrain ».
VALOREM avait formulé un recours gracieux le 4 juillet 2014, puis un recours contentieux le 4 novembre 2014, contre la décision du Préfet.
Par jugement en date du 31 mars 2017, le Tribunal Administratif a annulé la décision préfectorale.
En juin 2017, la Préfecture a accordé le permis de construire.
La société Valorem étudie les suites à donner à ce projet en accord avec la CCVG et la SODEM.