Toutes nos actions visent à l’amélioration de la qualité de l’eau, sa préservation et la sensibilisation du public à cet effet. Il est important de rappeler que l’eau est consommée par la population et qu’en terme de santé publique elle constitue une ressource indispensable à la vie. Nous visons également, au travers des missions engagées, à la rationalisation du coût de traitement l’eau potable impacté par les pollutions diffuses et les investissements associés.

La Communauté de communes Vienne & Gartempe a pris de manière anticipée la compétence « Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations » (GEMAPI). Depuis le début des années 2000, les élus ont toujours considéré leur 1 500 km de rivières comme une richesse qu’il convient d’entretenir. Préserver la qualité des cours d’eau permet d’atteindre le bon état écologique exigé par l’Europe, de maintenir la biodiversité, de minimiser les traitements sur l’eau potable, de promouvoir un tourisme vert notamment halieutique et de bénéficier d’un cadre de vie pour les populations en place ou à venir.

La CCVG organise sa politique de « gestion des milieux aquatiques » (GEMA) en adhérant à des syndicats de rivières pour la gestion de la Gartempe, du Clain, de la Clouère, de la Dive, du Rin et une partie de la Vienne. Les élus ont voulu gérer en propre l’entretien du reste du linéaire de cours d’eau grâce à leur service « environnement ». La collectivité a pour cela signé une succession de programmes d’actions quinquennaux avec l’Agence de l’Eau, notamment le Contrat Territorial Vienne Aval. Les travaux sont réalisés par une équipe d’agents techniques en régie, complétés par des prestations d’entreprises.  Il s’agit de travaux :

–   De restauration et d’entretien de la ripisylve (végétaux qui croissent le long des berges)

–   D’enlèvement sélectif d’embâcles (arbres morts ou détritus en travers du cours d’eau qui génèrent une gêne à l’écoulement)

–   De plantation d’arbres adaptés aux bords de rivière et certifiés d’origine française

–   De mise en défens des berges et d’aménagement d’abreuvoirs sur les prairies pâturées riveraines

–   D’aménagement de passages à gué ou busés

–   De rétablissement de la continuité écologique (arasement de seuils, dérivation d’étangs, substitution de buses mal calées etc.)

–   De restauration hydromorphologique du lit mineur par l’ajout de blocs et cailloux de différentes granulométries notamment à des fins de réoxygénation du milieu et de création de biotopes pour accueillir les espèces.

La CCVG s’intéresse à la gestion des plantes invasives : l’arrachage manuel ou mécanisé reste la seule solution technique utilisée par nos services pour limiter le développement des jussies, renouées du Japon et autres espèces qui prolifèrent sur les milieux aquatiques.

La CCVG a récemment entamé un travail concernant la « Prévention des Inondations » (PI). Conformément à la loi, la collectivité va identifier les zones inondables de son territoire ainsi que les ouvrages qui ont été aménagés pour empêcher le risque d’inondation des cours d’eau. Cet inventaire sera suivi d’une réflexion de la part des élus pour qu’ils organisent leur classement administratif en lien avec les services de l’Etat.